Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est un lieu de perdition dans lequel nous présentons revues, vieux papiers, journaux, ouvrages anciens ou récents, qui s'empilent un peu partout, avec un seul objectif : PARTAGER !

"Les idées à travers le monde : R.U.R." de L. Blumenfeld fut publié dans Floréal n°49 du 9 décembre 1922.

Les illustrations qui ornent le titres sont signées R.L., peut-être Robert Lenoir, mais sans aucune certitude.

Il fut assez difficile de trouver des informations sur L. Blumenfeld qui n'indique jamais son prénom à la suite de ses articles.

Un véritable jeu de piste dont le premier indice est venu des "Cahiers de l'anti-France" (Editions Bossard - 1922). Dans un article consacré à Han Ryner, l'auteur, qui se cache sous le pseudonyme Jean Maxe, écrit : "Le jeune Blumenfeld loue sa "sagesse athénienne" et précise que Han Ryner l'admire "pour ses traductions du yidisch". Dans l'article ci-dessous, L. Blumenfeld évoque la "légende juive" du Golem.

Quelques recherches nous amènent à un recueil de Schalom Asch intitulé "Le Soldat juif", publié à la Renaissance du livre et traduit par L. Blumenfeld.

De ce même Schalom Asch, la pièce en 3 actes "Le dieu de vengeance" fut jouée en 1925. La traduction des textes est aussi signée L. Blumenfeld. (signalé sur le site Les Archives du spéctacle)

Autre trace retrouvée, "Dans les forêts de Pologne" de Joseph Opatoshu, traduit du yiddišh par...  L. Blumenfeld !

Armé de ces informations, les recherches sur le site de la B.N.F. nous amènent à une "Anthologie des conteurs Hidisch" et à un nom enfin accompagné d'un prénom : Lupus Blumenfeld, né en 1889 en Roumanie et décédé en 1932.

Dans l'Annuaire général des lettres de 1931, il est pourtant indiqué que "BLUMENFELD (Lupus), écrivain" est décédé en 1930 :

Journaliste, critique, chroniqueur, traducteur, mais aussi auteur. Il a, par exemple, écrit une variation sur le thème du premier meurtre perpétré par Caïn : "La Première mort" publié dans Les Cahiers idéalistes français n°19-20 d'août-septembre 1918.

La vie de Lupus Blumenfeld fut parfois mouvementée, comme l'indique cet article publié dans Le Peuple juif n°15 du 11 avril 1919 :

La B.N.F. indique qu'il a aussi collaboré aux journaux et revues Monde nouveau, Mercure de France et L'Humanité.

Il faut ajouter à cette courte liste : Choses de théâtre : Cahiers mensuels de notes d'études et de recherches théâtrales, L'Esprit nouveau, Le Peuple juif, Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, etc... ainsi que la Revue belge qui a publié des contes de I.-L. Péretz traduit par L. Blumenfeld (revue qui lui donne parfois le prénom Louis...)

Sur archive.org, il est d'ailleurs possible de lire son l'ouvrage sur "I.-L. Péretz" publié par la Librairie d'action d'art de la ghilde "Les Forgerons".

 

Ne cherchez pas longtemps, amis lecteurs, ces trois initiales ne contiennent rien de kabbalistique. C'est là le titre d'une pièce de théâtre d'un jeune dramaturge tchéco-slovaque, Karel Capek (prononcez Tchapek).

Et disons que les trois initiales signifient : Rozum Universal Robots (Travailleurs Universels de Rozum).

Il faut vous dire que l'auteur a délibérément renoncé à tous les sujets rebattus dont on nous gave dans toutes les capitales européennes. Ce jeune dramaturge se révéla un créateur original dès son premier coup d'essai, Les Brigands.

Le développement constant de la mécanique et l'évolution croissante du machinisme moderne ont permis à Karel Capek de prospecter l'avenir, de faire une incursion dans le monde de demain. Et c'est pourquoi il nous transporte dans la société future — ou actuelle — c'est à dire à l'époque où les inventions mécaniques auront atteint le suprême degré de perfection.

En ce temps bienheureux il sera possible de produire des hommes-machines, ou, selon l'expression de l'auteur, des Robots (terme qui signifie en tchèque : ouvriers). Ce seront des êtres dépourvus de toutes sensations humaines, sans la moindre notion du bien et du mal, puisque privés d'une âme. On songe à la légende juive de ce saint praguais qui, afin de combattre le terrible ennemi d'Israël, créa d'argile un homme également inconscient et dépourvu d'âme, mais capable d'abattre de la besogne. M. Karel Capek, Praguais lui-même, aurait-il eu connaissance de la belle histoire du folklore juif de son pays ? Et devrions-nous dire avec Salomon : Rien de nouveau sous le soleil ?...

L'action se passe quelque part, sur une île lointaine, et nous sommes dans les bureaux de l'usine Rozum, où l'on fabrique en série des Robots avec des produits chimiques et que l'on vend 150 dollars l'unité.

Donc, les prolétaires fabriqués a l'usine Rozum sont, à proprement parler, des mannequins, des automates. Ces machines, qui produisent au gré de leur maître et qui rendent 2 fois 1/2 la production d'un humain, ces machines, disions-nous, ignorent l'amour et la haine, ne savent rire ni pleurer. Mais travaillant comme une machine, ils sont comme elle usable, de durée limitée. En effet, chaque Robot produit pendant 20 ans, puis, usé, il est renvoyé à l'usine pour être refondu en un Robot tout neuf...

Or nous sommes dans les bureaux du directeur qui dicte à sa dactylo, Sylla, un volumineux courrier. Ce Robot fabriqué chimiquement est chargé de répondre aux nombreuses commandes de Robots venues de tous les points du globe.

Mais l'on voit aussi des spécimens du genre humain, ceux-ci sont au nombre d'une demi-douzaine dans cette vaste usine : le directeur, le chimiste, le médecin, l'ingénieur et deux contremaîtres. Toute la fabrication est besogne d'authentiques Robots.

Mais voilà où l'affaire se corse, le drame se complique et gagne en péripéties en intrigues idoines à éveiller la vigilance du spectateur. Mlle Hélène Glory fait son apparition inopinée dans ces étranges milieux. Grand émoi, pour deux raisons aussi plausibles l'une que l'autre. Le système de fabrication de Robots est tenu secret, et l'on craint que cette intruse ne soit venue que pour surprendre l'invention du vieux Rozum. La seconde raison de cette émotion générale, c'est que tous les six hommes en chair et en os reçoivent le coup de foudre à la vue de cette jeune femme, espèce unique parmi eux.

On apprend toutefois que Glory est déléguée par un vaste organisme féministe qui veille à l'amélioration des conditions de travail du prolétariat... Elle veut donc surveiller le traitement des Robots en missionnaire consciencieux. Mais l'administration triomphe facilement en lui démontrant l'inanité d'une telle intervention en faveur des Robots, puisque ceux-ci ne conçoivent point les sentiments généralement admis. De sorte que toute amélioration leur semble superflue, étant donné qu'ils ne rêvent d'aucune revendication. « Il leur manque le sens humain, c'est pourquoi ils ne souffrent pas de la douleur impartie à l'humanité. »

C'est alors que Glory exprime le désir que les Robots, en plus de leur capacité de rendement, aient aussi des sensations.

Le directeur s'éprend d'Hélène Glory, mais tous les autres humains ne l'aiment pas moins. Elle profite de ces prérogatives pour obtenir du médecin-psychologue qu'il dose ses produits chimiques d'un peu d'intelligence humaine... Bientôt, nous voyons le Robot Radiès, être affiné, préposé à la garde de la bibliothèque. Hélas ! Il n'exerce pas longtemps les fonctions de bibliothécaire. Après quelque temps il fonce avec rage, saccageant mobilier et bouquins, devenu subitement furieux.

On est obligé de l'enchaîner pour apaiser son désir de destruction...

Dans le second acte nous apprenons que de nombreux gouvernements ont acquis des Robots pour faire la guerre. La maison Rozum a fourni au monde entier ce matériel « humain ». Le carnage systématique achevé, les Robots se livrent à un massacre épouvantable sur tous les êtres humains ayant survécu à la guerre. Seul l'architecte Alkviste échappe au meurtre général. C'est que les Robots, voyant le déclin des races, veulent que cet homme unique continue de fabriquer des Robots... Seulement, en dépit de sa meilleure volonté, l'architecte est incapable de fabriquer de ces êtres chimiques, la formule Rozum étant à jamais anéantie...

Les Robots le menacent de mort, chose qui n'effraie pas l'homme désolé de vivre seul dans le vaste monde. La mort lui sourit, au contraire.

Lorsque l'on envoie Primus à l'usine pour se faire refondre, Hélène pleure ; c'est donc que lentement la conscience surgit chez ces êtres longtemps tenus en esclavage.

L'idée est jolie, et elle marque une réelle évolution dans la production dramatique prolétarienne. Dans ses Tisserands, Hauptmann nous a montré le prolétariat du dix-neuvième siècle, Karel Capek avec son R.U.R. nous trace un tableau de l'ouvrier au vingtième siècle.

M. H. Jelinek, le traducteur autorisé de Capek, a fait accepter cette curieuse pièce par M. Jacques Copeau, qui la montera prochainement au Vieux Colombier.

L. Blumenfeld.
 

L. Blumenfeld "Les idées à travers le monde : R.U.R. de Karel Capek" in Floréal n°49 du 9 décembre 1922.

L. Blumenfeld "Les idées à travers le monde : R.U.R. de Karel Capek" in Floréal n°49 du 9 décembre 1922.

Commenter cet article

R
Belle enquête, et comme rien de se perd sur la Toile, on a plaisir à la la lire à )plusieurs années de distance. Lupus Blumenfeld (ou plutôt Zeev qui signifie loup) est en réalité mort le 16 novembre ...1929. Il a été un introducteur infatigable des Lettres Yiddish en France (contes, théâtre) et a participé à la Renaissance des Lettres Juives des années 20, alimentée par la diaspora intellectuelle et artistique de l'Europe Centrale à Paris. L'aspect intéressant de sa courte carrière est qu' il a aussi traduit des œuvres françaises en Yiddish.
Blaise Cendrars l'a particulièrement soutenu en l'introduisant chez les éditeurs de revues littéraires qui faisaient flores à l'époque.

Raphael Riljk
(d'après documents et correspondance)
Répondre

Présentation

 

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est animé par :

 

(Photographie : Jean-Luc Boutel)

 

Christine Luce

 

Samuel Minne

 

Fabrice Mundzik

 

Liste des contributeurs

 

Articles récents

Quelques dépoussiéreurs :

e-Bulles d’encre

 

À propos de Littérature Populaire

 

Sur l’autre face du monde

 
Les Moutons électriques
 
Éditions Bibliogs