Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est un lieu de perdition dans lequel nous présentons revues, vieux papiers, journaux, ouvrages anciens ou récents, qui s'empilent un peu partout, avec un seul objectif : PARTAGER !

Publié le par Christine Luce
Publié dans : #Taride, #Notre Belle France, #Photographies Anciennes, #Auguste Couttet

Embarquement immédiat pour la visite du numéro 8.

La notice générale a été développée dans celle du numéro 6 et le guide ne s'essoufflera pas à la répéter, la promenade par monts et par vaux suffit pour lui brûler les poumons. Mais oui, regardez bien et vous verrez que les hautes cheminées des industries sont bien souvent dressées dans le paysage, et si les photographes n'ont pas voulu les immortaliser ni Taride les exposer, elles devaient cracher des nuages fumeux sur les alentours.

 

Notre Belle France n° 8 - Cahors, le pont Valentré.

Notre Belle France n° 8 - Cahors, le pont Valentré.

(En aparté : voyez vous-mêmes les deux cheminées que l'on distingue derrière le pont, un entrepôt aussi, derrière le pont. Et par l'occasion, vous apercevrez quelques passants, tous à pied.)

Cahors, un détail derrière le pont.

Cahors, un détail derrière le pont.

Légende de la photo :

GÉRARDMER (Vosges). — LE LAC.

Gérardmer est l’une des plus souriantes stations des Vosges, renommée par la beauté de ses sites, son air pur et la poésie de son lac. Située à 671 mètres d’altitude, dans une vallée entourée de forêts de sapins aux balsamiques senteurs, elle est bornée à l'ouest par son merveilleux Lac, long de 2 kilomètres et large de 85o mètres environ. Les principales excursions qu'elle centralise sont celles du Hohneck, de la Schlucht, des lacs de Longemer, de Retournemer. etc., etc.

Gérarmer. La ville est cossue mais surprise en vue rapprochée : une inscription sur le clocher. Et un peu plus loin, des fenêtres ouvertes, ce qui semble une statue, et une publicité peinte sur un mur :  Entrepôt des Grandes Brasseries. La lecture n'est pas aisée, mais il stockait outre la bière, la limonade et l'eau. Le nom : C. Boisselier, aucune trace découverte mais le nom est commun à la région.
Gérarmer. La ville est cossue mais surprise en vue rapprochée : une inscription sur le clocher. Et un peu plus loin, des fenêtres ouvertes, ce qui semble une statue, et une publicité peinte sur un mur :  Entrepôt des Grandes Brasseries. La lecture n'est pas aisée, mais il stockait outre la bière, la limonade et l'eau. Le nom : C. Boisselier, aucune trace découverte mais le nom est commun à la région.
Gérarmer. La ville est cossue mais surprise en vue rapprochée : une inscription sur le clocher. Et un peu plus loin, des fenêtres ouvertes, ce qui semble une statue, et une publicité peinte sur un mur :  Entrepôt des Grandes Brasseries. La lecture n'est pas aisée, mais il stockait outre la bière, la limonade et l'eau. Le nom : C. Boisselier, aucune trace découverte mais le nom est commun à la région.
Gérarmer. La ville est cossue mais surprise en vue rapprochée : une inscription sur le clocher. Et un peu plus loin, des fenêtres ouvertes, ce qui semble une statue, et une publicité peinte sur un mur :  Entrepôt des Grandes Brasseries. La lecture n'est pas aisée, mais il stockait outre la bière, la limonade et l'eau. Le nom : C. Boisselier, aucune trace découverte mais le nom est commun à la région.

Gérarmer. La ville est cossue mais surprise en vue rapprochée : une inscription sur le clocher. Et un peu plus loin, des fenêtres ouvertes, ce qui semble une statue, et une publicité peinte sur un mur : Entrepôt des Grandes Brasseries. La lecture n'est pas aisée, mais il stockait outre la bière, la limonade et l'eau. Le nom : C. Boisselier, aucune trace découverte mais le nom est commun à la région.

Légende de la photo :

CONCARNEAU (Finistère). — LA VILLE CLOSE. — LE PASSAGE.

Concarneau forme deux villes. La ville moderne, pittoresquement campée sur la baie de la Forêt, a comme industrie principale la pêche de la sardine, avec 800 bateaux aux voiles multicolores. La vieille ville, la Ville Close, située au fond du port sur un îlot de 5oo mètres, toute cerclée de remparts et de tours, avec son unique rue, son gracieux beffroi, ses vieilles maisons, évoque le temps de la reine Anne et de Duguesclin. On communique entre les deux villes par un pont ou par le Bac du Passage.

Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.
Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.
Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.
Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.
Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.
Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.

Concarneau. Que font tous ces gens rassemblés sur ma digue, la plage et le débarcadère ? Les bretons sans chapeau rond, on dirait plutôt des bérets, et pas de bigoudens non plus, c'est un jour de tous les jours. Les enfants sur la grève ne montrent aucune solennité, une petite la robe ouverte dans le dos n'a pas été plus habillée. Et juchés ou assis sur les marches, ils semblent curieux plutôt qu'excités mais pourquoi ? Des pêcheurs s'interpellent. Mystère.

Légende de la photo :

ORAN (Algérie). — VUE GÉNÉRALE.

Oran, étagée sur les deux versants d'un ravin, forme trois villes distinctes : la vieille ville toute empreinte de la domination turque et andalouse, avec le Château neuf, la grande Mosquée, la Promenade de Létang, l'antique Kasbah ; la ville haute avec, au centre, la place d’Armes ornée de la colonne commémorative de Sidi-Brahim, et ses boulevards et rues modernes très animées ; la ville basse où se trouve le quartier de la marine et le port formé par deux jetées et trois bassins.

Oran. Colonnes, minarets... et cheminées.
Oran. Colonnes, minarets... et cheminées.
Oran. Colonnes, minarets... et cheminées.

Oran. Colonnes, minarets... et cheminées.

Légende de la photo :

TOULON. — LE QUAI DE CRONSTADT Ph. A. Bougault, Toulon.

Toulon est situé au fond des deux rades où s’abritent nos escadres. Son accès principal de débarquement est le quai de Cronstadt, d’un très curieux aspect : Dans la darse, c’est l’allée et venue des chaloupes et des vapeurs ; sur le quai le défilé des promeneurs et des curieux, l’animation des magasins et des terrasses... toute une vie intense et colorée. Au centre du quai, le Carré du Port avec, en retrait, l'Hôtel de Ville, dont la façade s’orne d'un pur chef-d’œuvre : « Les Cariatides » de Puget.

 

La photo est crédité à Alexandre Bougault, père ou fils, dont il a déjà touché un mot dans l'article précédent.

Toulon. Une barque quitte ou rejoint le port, une charrette à bras abandonnée au premier plan, les quais semblent bien vides dans ce port aux reflets tremblés dans l'eau. Non, sur la droite, entre une boutique qui annonce des articles de pêche et ce qui paraît être un café-restaurant, une femme affairée passe, le sac blanc à la main et une ombre en contre-jour près d'une guérite, un pêcheur probablement.
Toulon. Une barque quitte ou rejoint le port, une charrette à bras abandonnée au premier plan, les quais semblent bien vides dans ce port aux reflets tremblés dans l'eau. Non, sur la droite, entre une boutique qui annonce des articles de pêche et ce qui paraît être un café-restaurant, une femme affairée passe, le sac blanc à la main et une ombre en contre-jour près d'une guérite, un pêcheur probablement.
Toulon. Une barque quitte ou rejoint le port, une charrette à bras abandonnée au premier plan, les quais semblent bien vides dans ce port aux reflets tremblés dans l'eau. Non, sur la droite, entre une boutique qui annonce des articles de pêche et ce qui paraît être un café-restaurant, une femme affairée passe, le sac blanc à la main et une ombre en contre-jour près d'une guérite, un pêcheur probablement.
Toulon. Une barque quitte ou rejoint le port, une charrette à bras abandonnée au premier plan, les quais semblent bien vides dans ce port aux reflets tremblés dans l'eau. Non, sur la droite, entre une boutique qui annonce des articles de pêche et ce qui paraît être un café-restaurant, une femme affairée passe, le sac blanc à la main et une ombre en contre-jour près d'une guérite, un pêcheur probablement.

Toulon. Une barque quitte ou rejoint le port, une charrette à bras abandonnée au premier plan, les quais semblent bien vides dans ce port aux reflets tremblés dans l'eau. Non, sur la droite, entre une boutique qui annonce des articles de pêche et ce qui paraît être un café-restaurant, une femme affairée passe, le sac blanc à la main et une ombre en contre-jour près d'une guérite, un pêcheur probablement.

Légende de la photo :

VALLÉE DE LA DURANCE EN AMONT DE BRIANÇON (Hautes-Alpes}

Briançon est entourée de magnifiques vallées, celle entre autres de la Durance. Sur la rivière aux nombreux lacets, les hameaux s’échelonnent, les prairies se développent plantureuses, les versants s'ornent de pins et de mélèzes, et, à mi-côte, la blancheur de la route serpente parallèlement à la Durance. Sur les cimes s’érigent 20 forts ou batteries fran­çaises auxquels sont opposées, du côté italien, les formidables défenses du mont Chaberton qui ferme cette admirable vallée.

Vallée de la Durance. A l'aube ou à midi, mais la vallée dort, il n'y a personne.
Vallée de la Durance. A l'aube ou à midi, mais la vallée dort, il n'y a personne.
Vallée de la Durance. A l'aube ou à midi, mais la vallée dort, il n'y a personne.
Vallée de la Durance. A l'aube ou à midi, mais la vallée dort, il n'y a personne.

Vallée de la Durance. A l'aube ou à midi, mais la vallée dort, il n'y a personne.

Légende de la photo :

CHAMONIX. — LE GLACIER DES BOSSONS. Ph. Aug. Couttet Chamonix.

Le Glacier des Bossons se compose d’un ensemble d’îlots rocheux et de glaciers aux pyramides transparentes avec séracs, grottes, labyrinthes et crevasses. Pour franchir ces dernières, les alpinistes sont reliés à un intervalle de 6 mètres par une corde et munis en outre d’une corde de rappel que le guide de tête amarre à une saillie de roc pour avoir une prise et se hisser. Mais gare à la glissade, gare au bloc qui se détache sous le coup de piolet, car au-dessous c’est l’abîme.

 

Un arrêt sur image pour le photographe crédité ici. Auguste Couttet est identifié sur les articles modernes en français comme Auguste Gay-Couttet, ce ne fut pourtant jamais son nom. Il est ainsi nommé par ses descendants, les Gay-Couttet, une dynastie de photographes, de guides et de skieurs issue de Chamonix. Contemporain de Joseph Tayrraz, autre patriarche célèbre d'une postérité semblable, il était le fils de Michel Couttet, installé à Chamonix pour exploiter le marché balbutiant du tourisme en montagne en peignant paysages et visiteurs et s'initia à la photographie. Auguste Couttet (1868 – 1933) développa cette branche, et plutôt que se cantonner aux activités en studio, entreprit de s'aventurer sur la montagne pour réaliser des clichés inédits. Une décision qui le propulsa vers la célébrité. Sa fille aînée épousa Justin Gay, c'est leur fils, Pierre Gay-Couttet qui devint le représentant inspiré des photographies en montagnes pour toute la deuxième moitié du XXe siècle. Plus d'informations sur cette famille se trouve sur le site 3D Alps, en anglais.

Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.
Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.
Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.
Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.
Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.

Chamonix. Une autre façon d'envisager l'escalade, canotier sur la tête.

Légende de la photo :

LE CHÂTEAU DE FONTAINEBLEAU (Seine-et Marne). — LA COUR DES ADIEUX.

La Cour des Adieux, dite autrefois du Cheval-Blanc, a été ainsi nommée en souvenir de l’émouvante cérémonie qui précéda le départ pour l’île d'Elbe, lorsque Napoléon prit congé de la vieille garde. Cette cour mesure 152 mètres sur 112. Au fond, la façade principale du Château se compose de cinq pavillons à toits aigus et à 2 étages, dont la construction remonte au XVIe siècle. Comme accès au Château, le célèbre escalier du Fer à cheval construit en 1634.

Château de Fontainebleau. Il était trois heures moins vingt-cinq... j'avais juste envie de savoir !
Château de Fontainebleau. Il était trois heures moins vingt-cinq... j'avais juste envie de savoir !
Château de Fontainebleau. Il était trois heures moins vingt-cinq... j'avais juste envie de savoir !

Château de Fontainebleau. Il était trois heures moins vingt-cinq... j'avais juste envie de savoir !

Légende de la photo :

LE PARC DE VERSAILLES. N.D. Phot.

Le Parc de Versailles, dessiné par Le Nôtre, forme un cadre grandiose au Château construit par Mansard. — La magnificence des allées, la splendeur des massifs de verdure, la richesse des motifs décoratifs, la féerie des grandes eaux, constituent un ensemble d’une incomparable harmonie. Dans l’axe ouest du Château, la perspective est admirable entre toutes avec, au premier plan, le Bassin de Latone et au fond le Bassin d’Apollon et le Grand Canal.

Château de Versailles. Il n'y avait rien de remarquable quand cette forme noire est apparue, étrange.
Château de Versailles. Il n'y avait rien de remarquable quand cette forme noire est apparue, étrange.
Château de Versailles. Il n'y avait rien de remarquable quand cette forme noire est apparue, étrange.

Château de Versailles. Il n'y avait rien de remarquable quand cette forme noire est apparue, étrange.

Légende de la photo :

DIEPPE (Seine-Inférieure). — LA PLAGE.

Dieppe, patrie des vaillants navigateurs des XVe et XVIe siècles, est devenue de nos jours l’une de nos stations balnéaires les plus fréquentées. Sa Plage, merveilleusement parée de parterres fleuris et de pelouses gazonnées, s'étend sur 1200 mètres de longueur et 200 de largeur, avec, à son extrémité sud, au bas de la falaise, un Casino dans le style oriental, modèle du genre par l'ampleur et le confort, et, à son extrémité nord, la Jetée, qui profile une élégante silhouette sur l’horizon.

 

Le Casino mauresque construit en 1886 sous les ordres d'Isidore Bloch (1848-1919), son directeur, sur les plans de M. Durville. La station balnéaire est célèbre depuis les années 1820, les fameux établissements « bains-de-mer » y naissent sous les auspices impériales, le chemin de fer conduit les Parisiens directement de la capitale à la plage dès 1848. La petite histoire apprend qu'Isidore épousa sa nièce, Gabrielle Rachel Félix, une artiste dramatique, qui était elle-même la petite-nièce de Rachel Félix, la célèbre tragédienne. Alexandre Bloch, le frère d'Isidore, hérita et devint à son tour fermier du casino (c'est ainsi qu'on appelle les propriétaires de ces maisons de jeux, je n'invente rien !). Il fit banqueroute après des opérations malheureuses et le casino fut vendu à meilleurs éleveurs de gogos (là, j'invente) qui s'étaient implantés à Trouville et Deauville, devenues toutes deux la coqueluche des joueurs et des estivants fortunés.

Alexandre Durville (1844 – 1922) est présenté comme l'élève de Normand et Dufeux, il aurait travaillé pour la compagnie d'assurance Le Phénix, au moins comme consultant, aux alentours de 1900. Le Casino mauresque de Dieppe fut certainement son premier grand ouvrage, il lui valut une renommée suffisante pour qu'on lui confie la construction du plus grand casino de France en 1912, à Trouville, aux proportions monumentales. Le Casino mauresque proposait spectacles et amusements, salles de théâtre, de bal, de concert, de restauration et bien sûr de jeux, à l'exclusion de tous les aspects thérapeutiques que l'on pouvait recevoir aux Bains Chauds, un établissement uniquement voué aux soins en contrepartie.

La photographie rend hommage à l'architecture élégante de ce rendez-vous de la riche et sélect clientèle venu prendre les bienfaits vantés de l'iode marin, sans pour autant délaisser les plaisirs capiteux que procurent l'argent jeté par les fenêtres quand il coule à flot.

Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.
Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.

Dieppe. Villégiature de rêve, et pourtant, les hautes cheminées ne sont pas éloignées. Au premier plan, en bordure des lieux presque publics, une maison, une chaise longue, un parasol, la vie doit être douce – certains éléments architecturaux du casino semblent avoir été redessinés sur la photo, perdus dans la perspective sûrement.

Légende de la photo :

DÉFILÉ DE RUOMS, (Ardèche.) — VALLÉE DE L’ARDÈCHE

La Vallée de l'Ardèche est réputée pour ses Gorges fameuses, ses couloirs et ses défilés, entre autres le défilé de Ruoms. Il est formé par de hautes murailles de rochers évidées par les eaux. La route, taillée au flanc de la falaise, traverse des tunnels, des grottes à stalactites et à stalagmites, des galeries éclairées par de larges ouvertures sur la rivière torrentueuse, dont le cours s’élargit au pont de l’Ardèche à la sortie de cet impressionnant défilé où elle est emprisonnée.

Ardèche. Les traces de roues ne devaient pas encore grand chose à Michelin ou Dunlop.
Ardèche. Les traces de roues ne devaient pas encore grand chose à Michelin ou Dunlop.
Ardèche. Les traces de roues ne devaient pas encore grand chose à Michelin ou Dunlop.

Ardèche. Les traces de roues ne devaient pas encore grand chose à Michelin ou Dunlop.

La dernière page n'est pas légendée, il s'agit de la quatrième de couverture et présente quatre vues. Ici, deux d'Avignon – avec le pont, bien entendu – Arles et Marseille.

Les trésors de Taride : Notre Belle France, Voyage en 1910 - Deuxième visite
Avignon. Sur le pont, on n'y danse pas... La rue entre les remparts est plus animée, et c'est bien une chaise accotée au tronc d'arbre !
Avignon. Sur le pont, on n'y danse pas... La rue entre les remparts est plus animée, et c'est bien une chaise accotée au tronc d'arbre !
Avignon. Sur le pont, on n'y danse pas... La rue entre les remparts est plus animée, et c'est bien une chaise accotée au tronc d'arbre !
Avignon. Sur le pont, on n'y danse pas... La rue entre les remparts est plus animée, et c'est bien une chaise accotée au tronc d'arbre !

Avignon. Sur le pont, on n'y danse pas... La rue entre les remparts est plus animée, et c'est bien une chaise accotée au tronc d'arbre !

Arles. Le Théâtre romain.

Arles. Le Théâtre romain.

Marseille. Au pied de la cathédrale, les entrepôts commerciaux, du sacré au profane, il n'y a qu'un sou.
Marseille. Au pied de la cathédrale, les entrepôts commerciaux, du sacré au profane, il n'y a qu'un sou.

Marseille. Au pied de la cathédrale, les entrepôts commerciaux, du sacré au profane, il n'y a qu'un sou.

(...à suivre)

Commenter cet article

Présentation

 

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est animé par :

 

(Photographie : Jean-Luc Boutel)

 

Christine Luce

 

Samuel Minne

 

Fabrice Mundzik

 

Liste des contributeurs

 

Articles récents

Quelques dépoussiéreurs :

e-Bulles d’encre

 

À propos de Littérature Populaire

 

Sur l’autre face du monde

 
Les Moutons électriques