Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est un lieu de perdition dans lequel nous présentons revues, vieux papiers, journaux, ouvrages anciens ou récents, qui s'empilent un peu partout, avec un seul objectif : PARTAGER !

Publié le par Christine Luce
Publié dans : #L’Ouest-Éclair et L’Étoile de la Mer, #André Theuriet, #Colette, #Humour, #Théodore Botrel, #Poésie
Hommage aux Claudine écolières : Une vengeance de pensionnaire, André Theuriet, 1904

Qui a lu Claudine à l'école de Colette sait que les écolières au XIXe siècle n'étaient pas toutes aussi sages et soumises qu'il est admis dans les conversations où l'on parle du bon vieux temps, comme si l'obéissance aveugle était synonyme d'âge d'or. Le petit récit qui suit est celui qu'un auteur pourtant tout à fait convenable, André Theuriet, aurait découvert dans un journal intime, probablement, d'une jeune fille de la petite bourgeoisie, élève à l'institution Paponnet. Son nom n'est pas donné, juste celui de sa comparse, une pâle complice néanmoins assez courageuse pour prendre part à la malice. La nouvelle, une Vengeance de pensionnaire, parut le sept août 1904 dans les feuilles du journal L’Ouest-Éclair et L’Étoile de la Mer, une publication qui s'annonçait fièrement républicaine en Bretagne.

Colette enfant.

Colette enfant.

Une vengeance de pensionnaire

***

Voici le moment où les distributions de prix battent leur plein... Au moment où il achevait un chapitre du charmant journal d'Hélène Massalka, où la future princesse de Ligne raconte l'épisode de la bouteille d'encre versée dans le bénitier de l'Abbaye au Bois, M. André Theuriet a retrouvé le journal, manuscrit celui-là, d'une jeune fille élevée pendant le second Empire dans une pension de Paris. On y verra qu'au dix-neuvième comme au dix-huitième siècle, dans les couvents aristocratiques comme dans les pensions de la bourgeoisie, la gent écolière est toujours la même et que décidément, l'influence des milieux ne modifie pas la plante humaine autant qu'on veut bien le dire.

***

18 juillet. – Demain a lieu le concours de piano. C'est un grand jour. M. et Mme Paponnet ont convoqué nos parents et amis pour juger des progrès musicaux de la pension. Mais il était écrit sans doute que je ne serais pas appelée à cette petite fête. Ce matin, à la leçon de danse, tandis que M. Croisez, notre antique professeur, jouait les premières mesures d'un quadrille, une idée baroque m'est montée à la tête. J'ai étalé en éventail ma jupe dont mes deux mains pinçaient les plis, puis j'ai traversé la salle en battant des entrechats et en m'écriant « chassez croisez, mesdemoiselles, chassez croisez. » Ce mauvais calembour n'a pas eu tout le succès que j'en attendais. Le rigide M. Croisez a pris très mal la plaisanterie. Il est allé lâchement se plaindre à Madame Paponnet et, celle-ci scandalisée, m'a privé du concours ainsi que Lucie Collignon, qui me faisait vis à vis, et qui avait ri trop haut. La privation du concours me laissa indifférente ; je n'ai pas d'amour propre d'artiste et je ne tiens nullement à faire admirer mon doigté dans un morceau à huit mains. Mais après les exercices de piano, il y aura un lunch offert aux parents et aux élèves par Madame Paponnet, et, comme je suis gourmande, l'interdiction de participer à ce lunch me paraît arbitraire et injuste. Je m'efforce de faire partager mes rancunes à Lucie Collignon qui est, comme moi, très portée sur la bouche.

Lucie est une fille douce, moutonnière, un peu bébète. Son père marchand de légumes secs en gros, rue Montorgueil, est le fournisseur de l'institution Paponnet. Il paie la pension de Lucie en nature. Aussi, quand les haricots ou les lentilles laissent à désirer, c'est cette grande dinde de Collignon qui en pâtit ; nous l’accablons d'injures, nous la conspuons en pleine récréation, et elle ne répond qu'en pleurant jusque dans ses bas ; – Je n'ai donc pas eu de peine à lui persuader que nous devrions nous venger et à m'assurer sa complicité. – Mais comment nous venger ?... Les coudes appuyés sur mon pupitre, les doigts enfoncé dans mes cheveux ébouriffés, je cherche, et je ne trouve rien qui vaille...

 

19 juillet. – J'ai trouvé ! – Ce matin, dans la cour, j'ai dit à Lucie : « Pendant la leçon de couture, je demanderai à aller étudier mon piano ; comme c'est très naturel, on me le permettra... Cinq minutes après, tu feras la même demande et tu viendras me rejoindre... Je t'attendrai dans le lavabo. » – Les choses se sont passées comme je l'avais prévu, et nous nous sommes rendues toutes les deux à un lavabo, à l'étage au-dessus. « Maintenant, ai-je commandé à Lucie, ôte tes souliers ; il ne faut pas qu'on nous entende marcher... Déchausse-toi et suis-moi !

– Où allons-nous ?

– Tu verras bien ! » Elle obéit, et, avec mille précautions, j'enfile le couloir qui conduit au salon de Madame. C'est là que doit avoir lieu le concours. Les chaises destinées à l'assistance sont alignées en rang d'oignon : en avant, se dressent solennellement les deux pianos ; puis, dans une encoignure, une table ronde à dessus de marbre supportent de vastes plateaux, et, sur ces plateaux, des quantités de petits babas destinés au lunch. Que de babas ! Il y en a bien une soixantaine, – bruns, à côtés, tout humides et tout odorants encore du rhum où ils ont été plongés. – Lucie Collignon restait bouche béante devant ces bonnes choses et les yeux lui sortaient de la tête.

« Tiens-toi contre la porte, lui dis-je, et empêche qu'on entre. »

Je m'approche des plateaux, je soulève un baba, et je le mords délicatement en dessous. C'était bon. Même cérémonie avec le second baba.

« Part à deux ! » s'écrie Lucie qui grille d'en faire autant, mais je m'y oppose ! – « Du tout, reste où tu es... Je prends sur moi la responsabilité de la vengeance ; il est donc juste que je l'accomplisse seule jusqu'au bout. »

Et je l'accomplis héroïquement. Pas un seul baba ne demeure intact ; tous portent la marque de mes dents... Le coup fait, nous nous esquivons en chattemites et nous allons étudier notre piano.

Une heure. Les invités commencent à affluer. Mme Paponnet, grande, sèche, osseuse, avec des tire-bouchons d'un blond fade, une bouche de crocodile et des dents de cheval, a endossé sa robe de poult-de-soie olive et se tient debout dans le salon où M. Paponnet se démène en habit et en cravate blanche. Petit, leste, sémillant, le teint blanc et rose, des yeux bleus, la barbe clairsemée, il a l'air d'être en sucre et offre le bras aux dames en leur distillant des compliments qui coulent, fades et sirupeux comme de l'orgeat. Toutes les élèves en grand tralala sont en haut ; quant à nous, vêtues de notre robe et de notre tablier de tous les jours, on nous a relégués comme des parias dans la salle d'études.

Une heure et demie. On commence le concours. D'abord, l'Ouverture du jeune Henri, à huit mains, sur deux pianos ; puis une sonate de Ravina, notre professeur, qui préside la cérémonie. De temps en temps, des applaudissements éclatent, puis les deux pianos repartent ensemble. Tout à coup, un grand silence, interrompu seulement par des remuements de chaises et des piétinements. On procède au lunch et mon cœur se met à battre. Le silence devient de plus en plus solennel : on dirait qu'une morne stupéfaction règne là-haut... Et tout en regardant Lucie Collignon qui pâlit, je savoure délicieusement ma vengeance.

Brusquement, la porte de la salle d'études s'ouvre et M. Paponnet, hagard, pâle, les cheveux dressés, la cravate en détresse, apparaît sur le seuil :

– Mesdemoiselles, s'exclame-t-il, c'est une honte, c'est une abomination ce que vous avais fait !... Vous avez déshonoré la maison ; vous avez contraint madame Paponnet à rougir devant ses invités !... Mais les choses ne se passeront pas ainsi et les deux coupables recevront un châtiment exemplaire...

Je me lève toute rouge et je réponds courageusement :

– Monsieur, il n'y a pas deux coupables... Il n'y en a qu'une... c'est moi.

Sans égard pour ma grandeur d'âme, le petit homme me prend par le bras, m'entraîne dans l'escalier, à travers le couloir et me pousse en plein salon devant les parents ébaubis. Un spectacle tragique ; tous les petits babas, le ventre en l'air gisaient sur les plateaux, montrant les morsures que je leur avais infligées. Les élèves, simulant l'indignation, poussaient des oh ! et des ah ! hypocrites ; les parents me regardaient avec des mines scandalisées. Moi, avec ma robe noire fripée et mon tablier d'alpaga, je baissais les yeux, j'avais deux pouces de rouge sur les joues et j'aurais voulu être dans un trou de souris.

Enfin, Mme Paponnet, qui ne se possédait plus, m'a tirée d'embarras en s'écriant : « Qu'on emmène cette perverse créature !... Je ne le peux plus ! Tous mes babas !... Elle les a entamés tous... et elle n'en est même pas malade ! »

On m'a jetée honteusement dehors. Conclusion : privée de sortie jusqu'aux prix ; deux jours de pain sec et le bonnet de nuit pendant une semaine... Mais ça m'est égal, je me suis vengée.

André Theuriet.

Colette jeune femme, en Claudine, l'écolière.

Colette jeune femme, en Claudine, l'écolière.

Dans le journal, la nouvelle était suivie d'un poème de Théodore Botrel, pour le moins exalté.

 

Monte aux Régions immortelles !

Monte, libre, seul et joyeux,

Quitte à te briser les deux ailes,

Quitte à t'y brûler les deux yeux

 

Et puis retombe, hors d'haleine,

Ivre d'un bonheur sans pareil,

Parmi les taupes de la Plaine

Qui n'ont jamais vu le Soleil !

Commenter cet article

Présentation

 

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est animé par :

 

(Photographie : Jean-Luc Boutel)

 

Christine Luce

 

Samuel Minne

 

Fabrice Mundzik

 

Liste des contributeurs

 

Articles récents

Quelques dépoussiéreurs :

e-Bulles d’encre

 

À propos de Littérature Populaire

 

Sur l’autre face du monde

 
Les Moutons électriques
 
Éditions Bibliogs