Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est un lieu de perdition dans lequel nous présentons revues, vieux papiers, journaux, ouvrages anciens ou récents, qui s'empilent un peu partout, avec un seul objectif : PARTAGER !

Publié le par Fabrice Mundzik
Publié dans : #Aimée Fabrègue, #Le Magasin Pittoresque, #Savant, #Arnaque, #Simulacre, #Médecine, #Miracles, #Dieu, #Humour, #Résurrection

"Le Docteur de Garlaban", nouvelle écrite par Aimée Fabrègue, fut publiée dans Le Magasin Pittoresque n°4 du 15 février 1900.

Le texte n'est pas illustré.

Le Docteur de Garlaban

Le docteur Darbois était arrivé à Garlaban précédé par une réputation de savant. Il sortait de la faculté de Montpellier, et c'était pour les Garlabanais le plus beau titre de gloire. Même, ils ne comprenaient pas bien comment un homme qui aurait pu exercer en ville — et dans quelle belle ville aristocratique ! — avait préféré s'installer à Garlaban.

C'est que Garlaban était un délicieux petit village, planté au bord de la mer bleue parmi les mimosas et les orangers. Les eucalyptus et les pins pénétraient l'air de senteurs fortes et saines. C'était un coin béni où l'étude devait être douce comme un jeu, et le docteur l'avait choisi parce que, muni de son diplôme, il ne se croyait pas investi de la science universelle et voulait, au contraire, travailler âprement pour essayer d'arracher à la nature quelques-uns de ses secrets et tâcher de les transformer en bien pour l'humanité souffrante.

A peine installé, il se mit à l'étude, et les Garlabanais virent avec étonnement M. Darbois, au lieu de courir à la recherche des malades, ouvrir ses livres et s'absorber en eux. Ils ne comprenaient rien à ce singulier homme. Comme il ressemblait peu à son prédécesseur, toujours par monts et par chemins, faisant tirer la langue à celui-ci, auscultant celui-là, de telle façon qu'il finissait par vous convaincre que, ma foi, vous aviez bien besoin de ses soins et de ses visites. On rencontrait bien le docteur par les routes, mais il était toujours en compagnie de quelque livre qu'il dévorait en marchant. Quant aux malades, il attendait tranquillement ou qu'ils vinssent chez lui ou qu'ils le fissent appeler chez eux. Cette méthode était sans doute la bonne, car depuis l'arrivée de M. Darbois tout le monde se portait bien à Garlaban. Pourtant, les gens n'étaient pas contents ; ils s'étaient fait une toute autre idée du genre de vie que devait mener un savant, et l'existence de M. Darbois les déroutait.

Les plus malins disaient :

— Pourquoi a-t-il toujours le nez fourré dans un livre ?... S'il est savant, comme on nous l'a affirmé, il n'a plus besoin d'apprendre ; et, s'il n'est pas savant, nous n'avons plus besoin de lui...

Les autres trouvaient le raisonnement sans réplique et approuvaient.

Le docteur, qui n'avait d'abord remarqué sur la physionomie des Garlabanais que de l'étonnement, y distingua bientôt des sourires ironiques et même une certaine hostilité.

Il s'affligea car il aimait ces braves gens et aurait voulu être leur ami. Il sentit néanmoins peu à peu qu'il perdait tout son prestige auprès d'eux et qu'il était nécessaire de frapper vivement l'imagination de ces grands enfants pour qu'ils lui rendissent leur confiance en son savoir.

Donc, le docteur fit annoncer à son de tambourins que, le dimanche suivant, à deux heures de l'après-midi, il se rendrait au cimetière et que là, il ressusciterait tel mort qu'on lui désignerait.

La nouvelle fit grand bruit comme bien l'on pense.

Les plus malins insinuèrent bien :

— Il galèje...

Mais, en se grattant l'oreille, ils finirent par confesser : « Pas moins... s'il disait vrai ?... »

Aussi, au jour dit, toute la population était-elle réunie dans le petit cimetière de Garlaban.

On était à la saison des fleurs. Mai rayonnait et des guirlandes de roses grimpaient après les tombes. Le soleil brillait dans le ciel bleu ; la mer étincelait comme une immense nappe d'argent sous ses rayons ; des oiseaux chantaient dans les branches vertes des pins et le cimetière était si frais sous sa parure embaumée qu'on eût dit un jardin. Des enfants jouaient autour des tombes, et des mères riaient aux tout petits dont les pieds s'embarrassaient dans les guirlandes de roses qui traînaient jusque par terre. C'était la vie qui voisinait avec la mort, mais sous ce ciel éblouissant et ce grand soleil qui jetait des coulées d'or sur les choses, rien n'apparaissait triste.

Tout Garlaban était là ; même les vieillards s'étaient fait conduire au cimetière pour jouir du miracle avant de fermer leurs yeux à la lumière.

Il n'était pas encore l'heure fixée par le docteur que l'on s'impatientait.

— Il n'ose pas venir... murmurait-on déjà. Enfin, M. Darbois parut. Vêtu de noir, l'air grave, il s'avança lentement et prit place sur un tertre d'où il dominait l'assistance. Un silence religieux planait ; on eût entendu le bruissement d'un brin d'herbe.

Le docteur produisait déjà son effet et on lui trouvait vraiment la mine de quelqu'un qui va faire un miracle.

Très calme, M. Darbois promena son regard autour de lui et, d'une voix bien timbrée, il demanda :

— Voyons, qui allons-nous ressusciter ?... Chacun regarda son voisin et le silence régna plus profond encore.

Le docteur attendit quelques instants ; un fin observateur aurait pu remarquer que quelque chose, comme l'ironie d'un sourire, soulevait légèrement les coins de sa bouche.

Il dit :

— Puisque personne n'ose se décider, je vais choisir moi-même celui que je vais vous rendre...

Les visages se tendirent, anxieux...

— Si nous ressuscitions cette Joséphine Oserger qui mourut presque à la veille de son mariage, et qui était, dit-on, la plus belle et la plus sage fille de Garlaban ?...

Une voix, sanglotante dans la foule, cria :

— Non, monsieur le docteur, non... Laissez dormir la chère innocente... Elle est partie croyant que son fiancé ne l'oublierait jamais et, à peine était-elle refroidie, qu'il en choisissait une autre, non plus belle, mais plus riche que ma Joséphine... Elle aurait tant de chagrin, si elle voyait les préparatifs de la noce, qu'elle me maudirait de l'avoir fait rappeler à la vie...

Et la pauvre mère, bouleversée, éclata en pleurs. Le docteur eut un geste large de compassion et dit :

— Laissons dormir les cœurs blessés d'amour... Il réfléchit quelques instants, puis avisant un paysan, il reprit :

— Pierre Lardey, je vais faire revenir votre femme sur la terre... On m'a conté l'histoire de votre ménage ; vous étiez très unis...

— Non, monsieur le docteur, non !... interrompit Pierre, ne prenez pas la peine de rappeler ma défunte... Certes, c'était une bonne femme, mais si paresseuse ! Elle passait son temps à regarder les nuages et quand je rentrais du travail, la soupe n'était jamais prête... Il me fallait éplucher les pommes de terre, couper le bois, même parfois laver mes « brayas ».... Je ne suis pas méchant et je n'ai jamais eu le courage de me fâcher devant les yeux doux de Madeleine... Elle est partie, tant pis pour elle ! Je me suis mis en pension dans une famille excellente et, quand j'arrive, je n'ai qu'à me mettre à table. Je ne charrie plus l'eau ni le charbon, ni ne trempe la soupe ; Je puis fumer ma pipe sans soucis. Je suis tranquille ; je ne tiens pas à changer... Madeleine n'avait qu'à ne pas s'en aller si tôt...

Et, placide, le paysan mit ses mains derrière son dos.

— Il a raison, approuva-t-on.

Le docteur leva les épaules d'un air impuissant.

— Si vous préférez votre veuvage à une nouvelle, existence passée aux côtés de votre douce Madeleine, je ne puis pas vous l'imposer...

Il chercha autour de lui :

— Si nous rappelions à la vie le beau petit Louis dont la mère faillit mourir de douleur, le jour de l'enterrement ?...

Une voix chevrotante cria :

— Non, docteur, non !... le petit Louis est un ange dans le ciel... laissez-le : qui sait ce qu'il deviendrait sur la terre ?... Il était bon, mais des fois le cœur se gâte en vieillissant, et il serait peut-être un mauvais sujet qui nous ferait tous pleurer... Le bon Dieu a eu pitié de la douleur de sa mère ; il lui a envoyé un autre enfant qui ressemble au petit Louis : il a, comme lui, des cheveux blonds, des yeux bleus et des petits pieds... Ne réveillez pas le mignon... il faudrait lui dire qu'il n'y a plus de place pour lui dans la maison et que la misère des siens est si grande qu'on ne pourrait nourrir sa petite bouche...

Et la grand'mère qui mendiait par les chemins s'enfuit en chancelant, courbée par la douleur et le poids rude des ans.

Le docteur la regarda s'éloigner avec une commisération profonde.

Il passa la main sur son front, réfléchit. Tous les visages se penchaient vers lui dans l'attente palpitante du nom qu'il allait proposer.

—Je suis navré, dit-il, de ne pas mieux réussir dans mon désir de vous faire du bien. Mais puisque les personnes que je vous ai proposé de ressusciter seraient pour vous des causes d'ennuis, je vais tâcher d'en trouver une dont la présence parmi vous soit prétexte de joie. Je vais rappeler sur la terre votre brave curé. Il est resté plus de vingt ans dans Garlaban ; il a vu naître beaucoup d'entre vous, baptisé vos enfants, prié pour vos morts ; tout ce qu'il avait, il vous l'a donné. Rien ne lui appartenait, pas plus son cœur que sa bourse : il partageait tout entre vous. Vous l'avez accompagné à sa dernière demeure avec des larmes ; tout le monde doit le regretter. En le faisant revenir pour vous diriger à nouveau, il me semble que je vous rendrai tous heureux : les enfants auront en lui un ami ; les pauvres, un appui ; les affligés un consolateur ; et tous un père.

Le docteur Darbois, comme sûr de l'effet de sa parole, fit un pas pour descendre du tertre et ses yeux se dirigèrent vers la tombe du bon vieux curé Roséplan qui se dressait au milieu du cimetière, fleurie de roses grimpantes.

Mais des mains l'arrêtèrent et des voix crièrent :

— Non, monsieur le docteur, ne ressuscitez pas notre curé...

Une dévote dit :

— C'est un saint... il a gagné par ses bonnes œuvres la palme des élus ; laissons-le jouir auprès de Dieu du prix de ses vertus... Et puis, quelle douleur n'aurait-il pas à revoir ses ouailles dont quelques-unes ont si mal tourné malgré la pureté de ses enseignements ! Quel chagrin il éprouverait en apprenant que le grand Jacques auquel il a fait faire la première communion, est devenu incendiaire... et que Guillaume, après avoir paru s'être corrigé de son ivrognerie, est retombé plus avant dans son vice !...

Le sacristain que le bon curé Roséplan nourrissait et hébergeait, glapit :

— D'ailleurs, nous avons maintenant un gentil petit curé qui ne sermonne pas toute la journée, qui comprend les choses et la vie, et qu'en ferions-nous si M. Roséplan, qui grondait toujours, revenait !...

— Gardons M. Bourély...

— Ceux qui sont morts sont bien morts... Il faut les laisser dans leurs trous... vivent les vivants !

Ce cimetière était si coquet, si pimpant, que nulle pensée triste ni décourageante ne pouvait sortir de son voisinage. C'était, au contraire, de la vie qui montait des touffes des lilas fleuris et des roses exubérantes.

Le docteur regarda les Garlabanais ; leurs yeux riaient ; ils étaient là comme à une partie de plaisir.

— Puisque vous ne voulez pas même que je ressuscite ce brave curé Roséplan, c'est que vous ne vous souciez pas de voir personne revenir parmi vous... Il ne me reste qu'à me retirer...

Nul ne retint le docteur Darbois ; aucun cœur ne cria après lui pour le supplier de faire le miracle annoncé... L'oubli avait poussé dans les âmes comme une plante vénéneuse, et, d'ailleurs, la vie avait remplacé la mort ; l'enfant avait grandi près de la tombe entr'ouverte et tous les vides étaient remplis.

Le docteur, philosophe, et qui connaissait bien la fragilité humaine, s'en allait avec l'allure modeste de quelqu'un pour qui la victoire a été facile.

Quelques malins dirent :

— Pas moins, il n'a ressuscité personne...

— Est-ce sa faute ?... répliqua un autre plus malin.

— Pour ça, non ! Et, ça doit être un rude savant, notre docteur, pour nous avoir proposé une chose pareille, car enfin il se pouvait que quelqu'un voulût revoir un des siens, et il l'aurait fait revenir, c'est certain !

A cette manifestation, M. Darbois gagna d'être considéré comme le plus savant des hommes. On lui pardonna sa manie d'avoir toujours le nez fourré dans les livres, et le docteur en profita pour envoyer à l'Académie de médecine de Paris des études qui appelèrent sur lui l'attention.

Jamais les Garlabanais ne se sont mieux portés, et cela sans doute grâce aux bons conseils d'hygiène du docteur. M. Darbois ne se plaint pas des loisirs que lui laissent les malades ; au contraire ! C'est un philanthrope qui rêve l’allègement de la souffrance et ne se soucie point de ses intérêts matériels. Mais gageons qu'à sa mort si quelque autre M. Darbois se présentait pour le ressusciter, les Garlabanais refuseraient...

Aimée Fabrègue.

Aimée Fabrègue - Le Docteur de Garlaban (1900)

Aimée Fabrègue - Le Docteur de Garlaban (1900)

Commenter cet article

Présentation

 

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est animé par :

 

(Photographie : Jean-Luc Boutel)

 

Christine Luce

 

Samuel Minne

 

Fabrice Mundzik

 

Liste des contributeurs

 

Articles récents

Quelques dépoussiéreurs :

e-Bulles d’encre

 

À propos de Littérature Populaire

 

Sur l’autre face du monde

 
Les Moutons électriques
 
Éditions Bibliogs