Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Amicale des Amateurs de Nids à Poussière

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est un lieu de perdition dans lequel nous présentons revues, vieux papiers, journaux, ouvrages anciens ou récents, qui s'empilent un peu partout, avec un seul objectif : PARTAGER !

Portrait et autographe de H.-G. Wells publiés dans l'Album Mariani T. XII (1910).

La notice et la biographie sont de Joseph Uzanne.

Les limites du merveilleux dans le roman qu'on croyait atteintes, avec Edgar Poë et Villiers de l'Isle-Adam, ont été singulièrement reculées, depuis ces années dernières, par le grand romancier anglais M. H.-G. WELLS. Imbu d'un modernisme exact autant que d'une fantaisie étincelante d'écrivain, l'auteur des Pirates de la mer et de la Guerre des mondes a su assimiler, à son art étonnant de conteur, toutes les grandes découvertes et les progrès nouveaux de l'âge scientifique. Doué de divination, il a, comme Jules Verne, mais d'une manière plus aiguë encore, anticipé sur le monde à venir ; ses prédictions, à ce point de vue, ne sont pas seulement celles d'un artiste imaginatif, mais, il faut le reconnaître, aussi d'un rationaliste épris de l'humanité et confiant dans son destin. A l'étroit dans notre monde civilisé, M. H.-G. WELLS s'échappe à grands coups d'ailes des limites de la terre ; il atteint Mars et la Lune, imagine d'autres êtres et d'autres mondes ; mais l'absurde ne prend jamais le pas sur le vraisemblable de ses aventures, et, comme dit M. Maurice Maeterlinck, quoi qu'il essaye de peindre, il ne cesse pas d'être « un grand poète de la nature ».

Témoignage étonnant de la vertu de sa race, il appartenait à M. H.-G. WELLS d'offrir, par sa vie autant que par son œuvre, un exemple durable d'énergie.

L'héritier le plus direct de Swift, le plus remarquable émule de Kipling, le romancier de l'Homme Invisible et du Docteur Moreau débuta le plus modestement qu'il est possible dans les lettres. Une sorte de discussion assez paradoxale sur l'absurdité de la logique, fut le premier article que M. Frank Harris, alors directeur de The Fortnightly Review, publia du jeune auteur inconnu. L'originalité, la vigueur, l'imprévu, le raisonnement le plus déconcertant et le plus vif du monde éclataient déjà dans cet écrit. Une collaboration moins occasionnelle au Globe, à la Pall Mall et à la Saint-James's Gazette permit à l'auteur d'affirmer plus nettement l'autorité de son nom. Passé, toujours aux côtés de M. Frank Harris, à The Saturday Review, M. H.-G. WELLS ne tarda pas d'être vivement remarqué par le poète W.-E. Henley, l'un des plus sagaces esprits de l'Angleterre. Bientôt, ajoute l'un de ses biographes et son traducteur le plus fidèle, M. Henry-D. Davray, « sur les instances de M. Lewis Hind, qui avait alors la direction du Pall Mall Budget, M. H.-G. WELLS s'essaya à la nouvelle, the short story. Immédiatement ses récits excitèrent un très vif intérêt et, encouragé par leur succès, il écrivit, sous sa forme définitive, sa fameuse la Machine à explorer le Temps dont M. Henley avait, en 1895, dans The New Review, accueilli la première version. Lorsque l'histoire parut en volume, elle eut un succès considérable et valut à son auteur une rapide célébrité. »

A la suite du succès de l'Ile du docteur Moreau, de l'Homme invisible cette notoriété dépassa même le Royaume Uni et, quand les traductions dans les langues étrangères eurent popularisé sur le continent ce récit palpitant de la Guerre des mondes, le nom de M. H.-G. WELLS ne tarda pas de s'imposer à tous les lecteurs de l'Europe. Avec une Histoire des temps à venir, les Pirates de la mer, la Merveilleuse visite le conteur anglais élargit encore sa manière ; enfin, il donna Place aux géants, Quand le dormeur s'éveillera, Miss Waters, l'Amour et M. Lewisham, et montra à quel point, dans ces divers livres, le goût de la science et ses connaissances savantes pouvaient étroitement s'allier au pittoresque, au mouvement, à l'humour du récit. L'astronomie, la médecine, la physique, la chimie, la biologie devenaient, sous sa plume, d'admirables prétextes à fictions. Les drames les plus palpitants se construisaient à l'aide de sa pensée. La Machine à explorer le Temps permettait d'entrevoir le mystère futur des civilisations ; l'Ile du docteur Moreau offrait le spectacle singulier d'animaux parvenus à la perfection ; la Guerre des mondes, dépeignait l'invasion de la vieille Terre par les habitants de Mars ; les Premiers hommes dans la lune témoignaient de la possibilité de rapports possibles avec les Sélénites ; enfin tant d'autres livres, empreints de poésie et nés de déductions fortes, surtout ceux qui, comme Anticipations ont trait à l'avenir du monde, affirment la puissance de l'imagination, l'amour élevé de la science et celui des hommes.

Ces livres sont sains, spirituels et forts ; ils sont le produit de l'énergie et de l'éducation élevée d'un grand écrivain et d'un grand peuple.

 

WELLS (H.-G.), romancier et conteur anglais, né en 1866. Étudia d'abord au Royal Collège of Science de Londres (1885). Diplômé des Sciences (1889).

ŒUVRES : The Time machine (1895) ; The Wonderful visit (1895) ; The Island of Dr Moreau (1896) ; The Weels of chance (1896) ; The Invisible man (1897) ; The war of the worlds (1898) ; When the sleeper wakes ; Love and M. Lewisham ; The Stolen bacillus and other incidents et The Plattner Story and Others, nouvelles, 2 volumes (1897), etc... La plupart des ouvrages de M. H.-G. WELLS ont été traduits en français soit par MM. Henry-D. Davray, soit par MM. Henry-D. Davray et B. Kozakiéwicz, sous les titres suivants : La Machine à explorer le temps ; la Guerre des mondes ; Une histoire des temps à venir ; l'Ile du docteur Moreau ; les Premiers hommes dans la lune ; les Pirates de la mer ; l'Amour et M. Lewisham ; la Merveilleuse visite ; Place aux géants ; Quand le dormeur s'éveillera ; Miss Waters ; Anticipations, ou de l'influence du progrès mécanique et scientifique sur la vie et la pensée humaines ; la Découverte de l'avenir ; enfin, l'Homme invisible.

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Notice et biographie de H.-G. Wells par Joseph Uzanne dans l'Album Mariani T. XII (1910)

Commenter cet article

Présentation

 

Le Blog de l'Amicale Des Amateurs de Nids À Poussière (A.D.A.N.A.P.) est animé par :

 

(Photographie : Jean-Luc Boutel)

 

Christine Luce

 

Samuel Minne

 

Fabrice Mundzik

 

Liste des contributeurs

 

Articles récents

Quelques dépoussiéreurs :

e-Bulles d’encre

 

À propos de Littérature Populaire

 

Sur l’autre face du monde

 
Les Moutons électriques
 
Éditions Bibliogs